Forums

Trouve des réponses, pose des questions et connecte-toi avec les membres !

  • Poèmes et bidules

     Yaden mis à jour Il y a 3 jours, 9 heures4Membres·9 Articles
  • Yaden

    Membre
    4 janvier 2021 à 13h53
    Nouveau

    Bonjour, je vous propose de mettre en avant mes capacités à écrire ici-même. Je sais que j’ai énormément de difficultés orthographique dû à la dysortho’, mais cela ne doit pas m’empêcher de partager aux autres ma passion pour les mots !

    Je commence donc, cette page avec un poème descriptif, d’un lieu magnifique que j’ai pu visité il y a maintenant 2 ans ! en espérant que vous soyez vous aussi projeté en ce lieu merveilleux.

    “Au pied du ruisseau”


    Au pied du ruisseau chantant tel un oiseau,
    Le mouvement doux et brutal de l’eau
    Guide les feuilles, les branches et les fleurs,
    Que le vent à soufflé en ce temps ;

    Les pierres du muret étaient aussi froides
    Que la neige au goût fade.
    L’herbe, les remparts du château et l’écorce
    Étaient tels, une sécheresse humide.

    Le soleil battant, faisait naître des pluies de lumière
    Que les feuilles mortes aux couleurs primaires,
    Renvoyaient sur les ailes des oiseaux vacillants
    Dans l’air d’un après-midi charmant.

    Si le vent ne s’était point mêlé au mouvement des branches,
    Aucune des feuilles ne se seraient décrochées telles une avalanche
    De couleur, se reposant sur ce majestueux cours d’eau,
    Étant vitale pour les Hommes ainsi que de nombreux animaux ;

    Au pied du ruisseau se trouvaient deux êtres
    Cherchant à se rapprocher de la nature étant parfaite.
    Cherchant à caresser les sens de celle-ci,
    Qu’elle partagera à quiconque venant s’assoir ici.

  • PyxL

    Membre
    4 janvier 2021 à 18h25
    Apprenti

    De nouveau c’est très joli !

    • Yaden

      Membre
      8 janvier 2021 à 6h29
      Nouveau

      Merci bien !

  • Elysseens 

    Administrateur
    5 janvier 2021 à 15h55
    Habitué

    C’est vraiment beau.
    Je n’arrive juste pas à cerner le nombre de syllabes que tu voulais utiliser.
    J’en compte + ou – selon les vers.

    • Yaden

      Membre
      8 janvier 2021 à 6h29
      Nouveau

      Merci, et bien j’ai la joie de t’annoncer que j’écris en fonction de ma plume et non des règles poétiques instauré ! Ahah

      • DucDeRocket

        Membre
        8 janvier 2021 à 19h16
        Nouveau

        Vive le vers libre

  • Yaden

    Membre
    9 janvier 2021 à 13h47
    Nouveau

    J’ai le plaisir de vous présenter aujourd’hui, un poème évoquant un sujet qui m’a toujours tenu à cœur. La guerre.


    “Gueule cassé”

    Sous mon manteau noir de suie,
    Je grelotte dans la boue, dans la nuit.
    Compagnons de bataille,
    Je viendrais vous chercher mes canailles.

    La pluie métallique ne m’atteindra point.
    Je suis le croque-mort en chemin.
    N’ayez crainte, vous ne serez pas colosse.
    Que ce soit d’argile ou de simples os.

    Compagnons, ne soyez pas terrorisez.
    Vous n’êtes pas mort déshonoré.
    Votre âme est pure comme notre cœur,
    Ce n’est pas l’odeur de charogne qui nous fait peur.

    Nous avons peur de la gueule d’effroi,
    Se dessinant sur vos visages sans voix.
    La bouche ouverte vers le ciel,
    Comme si l’horreur était éternelle.

  • Yaden

    Membre
    14 janvier 2021 à 17h07
    Nouveau

    “Nuée noire”


    L’esprit divague, la vue se trouble et les sens meurent.

    Perdu dans l’infini et le trouble de l’inconnu, l’Homme a peur.

    La connaissance n’est pas infaillible, elle joue la timide face au monde extérieur.

    Ô, sainte lumière, pourras-tu me faire part de ta douceur ?

    Mon cœur brûle face à l’inconnu, mais mon esprit me tourmente.

    Je souhaite m’y rendre, mais ce chemin bien sombre m’épouvante.

    Dieu tout-puissant, reprend mon esprit le temps d’un jour,

    Rends-moi débile, gâteux face au monde qui m’entour !

    Mon cœur bat, il scintille dans la nuée noire de mon esprit.

    Il est étouffé dans la noirceur qui tend mon amant dans le dépit,

    Dans un sentiment dépourvu de chaleur humaine. Il le tend contre mon poignard.

    Cette immondice qui se dresse, et m’afflige, face à ses douleurs sanglantes joue du târ ;

    Dansons, toi, moi, mon tendre soleil. La nuit ne tombera pas de sitôt sur le pays des merveilles,

    Prends ma main, je t’en prie. Elle se refroidit si vite quand le monde a sommeil.

    Caresse mon âme du bout de tes rayons doré, je prendrais soin de ton souffle vivant dans le trépas.

    Il est si difficile de respirer pour toi, quand le monde n’a fait que te salir comme je le fais parfois.

    • Cette réponse a été modifiée Il y a 3 jours, 9 heures par  Yaden.
    • Cette réponse a été modifiée Il y a 3 jours, 9 heures par  Yaden.
    • Yaden

      Membre
      14 janvier 2021 à 17h11
      Nouveau

      Aujourd’hui je vous propose un poème un peu spécial. Le narrateur, n’est pas moi. Mais une autre voix. Cette voix, je l’ai fait parler à travers mon écriture, mes mots. Cette voix est celle d’une personne magnifique et je souhaite vous la présenter.. 😊

      À Cybellia ( @cybi )

      PS : On m’excusera, normalement se sont des quatrains mais ils ne sont pas bien passé.

      • Cette réponse a été modifiée Il y a 3 jours, 9 heures par  Yaden.

Connectez-vous pour répondre.

Publication originale
0 de 0 articles Juin 2018
Maintenant