Forums

Trouve des réponses, pose des questions et connecte-toi avec les membres sur notre forum LGBT !

  • Votre Coming Out đŸłïžâ€đŸŒˆ

     katastrofe updated Il y a 5 mois, 3 semaines 18 Members · 21 Publications
  • Elysseens 

    Administrateur
    26 octobre 2020 Ă  5h45
    026 unicorn Thug

    Hello,
    Je trouvais ça sympa de faire un sujet oĂč on peut expliquer la façon dont on a fait notre notre Coming Out.
    Ça pourrait rassurer certaines personnes qui hĂ©sitent encore Ă  sauter le pas.

    SPOILER : Ce n'est aucunement une incitation Ă  faire votre coming out. Tout le monde sait que le meilleur moment pour le faire : c'est quand vous vous sentez prĂȘt.
  • Kirby

    Membre
    26 octobre 2020 Ă  5h46
    030 unicorn Nouveau

    Hello Hello, je poste la mienne pour commencer XD
    Alors honnĂȘtement moi c’était relativement rapide. Je sais que j’avais peur de l’annoncer Ă  ma mĂšre, je ne savais pas comment elle aller rĂ©agir, j’étais en pĂ©riode collĂšge (MFR pour ĂȘtre exact) et je traĂźner avec que des filles XD particuliĂšrement des lesbiennes d’ailleurs, donc elles m’ont beaucoup aidĂ©. J’ai pris mon courage Ă  deux mains et j’ai dĂ©cidais d’envoyer un SMS Ă  ma mĂšre (ouioui) et le pire dans tout ça, le jour de sont anniversaire (rip le cadeau) je me souviens avoir dis “Coucou mam’s, bon anniversaire. PS : Je suis gay” j’ai envoyĂ© direct, j’ai pas hĂ©sitĂ© plus longtemps sinon je sais que j’aurais rien fais. Au final elle m’a appelĂ© pour me rassurer, me disant qu’elle a toujours su, et qu’elle m’aimera quoi qu’il arrive. A l’heure d’aujourd’hui on parle de l’homosexualitĂ© trĂšs librement, et mĂȘme de sexe plutĂŽt facilement, on rigole autour de ce genre de chose. Tout ça pour dire que mĂȘme si c’est pas facile de l’annoncer, c’est un choix qui vous appartient, quand vous ĂȘtes prĂȘt et surtout, n’ayez pas honte de qui vous ĂȘtes.
    VoilĂ  voilĂ 

    Kirby

  • Johan

    Membre
    26 octobre 2020 Ă  5h48
    030 unicorn Nouveau

    Coucou !

    Quand j’ai dĂ©cidĂ© de faire mon coming-out Ă  mes parents j’étais en premiĂšre et j’avais un p’tit copain depuis quelques mois. Mon mec de l’époque avait dĂ©jĂ  fait son coming-out, sa mĂšre le savait et voulait rencontrer ma mĂšre. Sauf que petit problĂšme puisque la mienne n’était absolument pas au courant.
    Du coup mon ex ainsi que sa mĂšre m’ont un peu “forcĂ©â€ en me donnant une date limite (c’est horrible je souhaite que vous ne subirez jamais ça). Bien-sur je loupe cette date parce-que je n’étais pas prĂȘt et je commence Ă  paniquer.
    Ma mĂšre avait l’habitude de m’amener en voiture au lycĂ©e le matin, et le lendemain matin de cette date limite, juste avant que je sorte de la voiture pour aller en cours je balance Ă  ma mĂšre : “j’suis en couple avec un mec”. Ma mĂšre ne rĂ©pond pas vraiment si ce n’est qu’un “ok”. Je sors rapidement de la voiture et je stresse. J’avoue que ce n’était pas la meilleure journĂ©e de cours que j’ai eu, mĂȘme si j’étais un peu “soulagĂ©â€ de l’avoir dit.
    Le soir quand je rentre, j’apprends que ma mĂšre avait pleurĂ© toute la journĂ©e et qu’elle l’avait dit Ă  mon pĂšre et Ă  ma tatie, J’ai un peu flippĂ© sur le moment.
    Mais finalement, on a discutĂ© de tout ça avec ma mĂšre, elle m’a rassurĂ© et m’a expliquĂ© qu’en fait elle Ă©tait juste trĂšs surprise et n’y avait jamais songĂ©. Quelques temps aprĂšs, mĂȘme si elle m’avait dit qu’elle me supporterai, j’avais quand mĂȘme le droit Ă  des rĂ©flexions du genre “t’es sur que tu ramĂšneras aucune fille” etc

    Aujourd’hui il n’y a plus aucune rĂ©flexion, j’en parle aisĂ©ment avec ma famille, j’fait des trucs trĂšs clichĂ©s gay mais ils s’en foutent et c’est l’important Ă  mes yeux.

    En conclusion, mon coming-out c’était plus de peur que de mal x).

  • Elysseens 

    Administrateur
    26 octobre 2020 Ă  5h48
    026 unicorn Thug

    Merci pour vos histoires, je vais en profiter pour vous raconter la mienne.

    J’ai toujours eu un trait fĂ©minin aigu dans ma personnalitĂ©. Ma mĂšre en avait conscience je pense, puisqu’elle me laissait jouer avec les jouets de ma sƓur petit et qu’elle m’inscrivait Ă  des activitĂ©s “mixtes”, au niveau du sport j’ai fait du basket et de la danse modern jazz, d’ailleurs j’étais le seul garçon, haha.
    En 6Ăšme je suis sorti avec des filles sans avoir de “sentiments”; c’était “le truc” Ă  faire, donc je le faisais.

    Au cours de mes annĂ©es collĂšges, j’ai subi beaucoup de harcĂšlement moral et physique Ă  cause de ma “fĂ©minitĂ©â€.
    Je recevais Ă  tout bout de champ “t’es pd” “pĂ©dale”, et je me faisais Ă©galement frapper dans la cour de rĂ©crĂ©.
    J’ai mĂȘme reçu un chewing-gum dans les cheveux une fois
 Bref.

    Je ne sais pas avec quelle force j’ai encaissĂ© tout ça, mais pour moi, je trouvais leurs actions “justifiĂ©es” , Ă©tant donnĂ© que je n’étais pas “normal”.
    En plus, dites vous que j’étais dans un lycĂ©e de banlieu
 Bref.

    Je ne suis jamais allĂ© en parler aux responsables de mon Ă©tablissements parce que j’avais honte (GROSSE ERREUR, il faut le faire) mais un jour j’ai Ă©tĂ© vraiment agressĂ© par un groupe de mecs, dans la cour.
    Ils m’ont arrachĂ© ma chemise, mis Ă  terre et tabassĂ©, littĂ©ralement.
    Au vue de la gravité de la situation les responsables éducatifs sont arrivés, ma mÚre a été mise au courant et nous sommes allés porter plainte.
    Ma mĂšre n’a jamais su la raison pour laquelle je m’étais fait dĂ©figurer, je lui avait dit que c’était injustifiĂ©, mais c’était tout.

    Je suis par la suite arrivé au lycée (hallelujah), personnellement ça a été la libération.
    C’était un lycĂ©e urbain, donc indirectement beaucoup plus calme et les gens Ă©taient totalement + ouverts d’esprit.
    Il y avait toujours des personnes “homophobes” mais elles se faisaient remballer par les personnes qui avaient choisi d’ĂȘtre “ouvertes”.

    On voyait de tout, des personnes avec un style vestimentaire propre, des filles avec des cheveux courts, des cheveux bleus, des mecs avec des tenues trÚs serrées.
    Il n’y avait plus ce jugement sur le style, sur le genre ou sur l’attirance, je pouvais ĂȘtre moi.
    Je n’ai donc pas rĂ©ellement fait de Coming Out, je me suis juste permis d’ĂȘtre moi au lycĂ©e et lorsque l’on venait me demander “t’es gay ?” je rĂ©pondais “Oui.” sans gĂȘne.

    C’est en Terminale qu’une de mes amis de lycĂ©e s’est fait indirectement insultĂ©e sur Facebook parce qu’elle Ă©tait lesbienne.
    Totalement rĂ©voltĂ©, j’ai dĂ©cidĂ© d’écrire sur mon profil Facebook de l’époque : “Pourriez-vous arrĂȘter de dĂ©ranger les gens vis Ă  vis de leur orientation sexuelle ? Vous allez venir me faire chier aussi parce que je suis gay ?”.

    Ma mÚre est rentrée du travail le soir et est directement venu me voir dans ma chambre.
    Elle m’a dit avoir vu le post facebook et m’a demandĂ© si c’était vrai, j’ai rĂ©pondu “oui”.
    Aujourd’hui je ne sas mĂȘme pas comment me dĂ©finir.
    Je suis dĂ©jĂ  tombĂ© amoureux d’une fille, et j’ai dĂ©jĂ  expĂ©rimentĂ© avec elle, donc je pense ĂȘtre Bisexuel.

  • Justine 

    Membre
    26 octobre 2020 Ă  5h50
    028 unicorn Passionné

    Bon.. Ă  l’inverse d’Enzo, moi j’avais surtout un trait masculin, ça ne m’avait posĂ© aucun problĂšme sur toute ma scolaritĂ© ( je pense que je suis tombĂ©e sur de bonnes personnes Ă  chaque fois ). En primaire je trainais toujours avec les garçons, je pense qu’ils me voyaient comme leur “poto”, et les filles m’enviaient car j’étais proche d’eux.
    À l’époque, je ne me posais pas rĂ©ellement de questions, je sais que je regardais les garçons et les filles de la mĂȘme maniĂšre, mais Ă  8 ans, on dĂ©couvre, on ne comprend pas rĂ©ellement.
    Je ne connaissais rien de l’homosexualitĂ©, les LGBT jusqu’à 10 ans je crois. Je ne savais mĂȘme pas que ça existait, je pensais juste ĂȘtre la seule “bizarre” au monde. D’autant plus que j’ai une famille asiatique, avec un rapport Ă  la famille trĂšs dictĂ© : tu fais des Ă©tudes, tu te marieras, tu auras des enfants ect..
    Alors nos discussions n’étaient jamais centrĂ©es sur ce qui pouvait ĂȘtre l’amour.

    À 10 ans, je pense que c’est lĂ  oĂč j’ai commencĂ© Ă  me poser des questions, je me rappelle encore le dĂ©clic, quand j’avais vu le clip de t.A.T.u All the things she said , la premiĂšre fois que je voyais deux femmes s’embrasser et je ne pouvais plus m’empĂȘcher de voir et revoir cette scĂšne. Je me disais que ce n’était pas normal de ressentir ça, et je cherchais surtout Ă  renier ces sentiments et ne plus y penser.
    Je crois que c’est Ă  partir de ce moment que j’ai commencĂ© Ă  bĂ©gayer ( surprenant comment le corps peut rĂ©agir ).

    En arrivant au collĂšge, j’ai fait la rencontre d’une personne qui est ensuite devenue rapidement ma meilleure amie. Elle Ă©tait trĂšs tactile (calins/bisous) alors que j’étais plutĂŽt tout le contraire, ça me mettait mal Ă  l’aise mais j’apprĂ©ciais ces moments. Quelques annĂ©es aprĂšs, j’ai su que j’étais tombĂ©e amoureuse d’elle, et je me sentais honteuse car je trouvais que je “profitais” de ces cĂąlins. Ce n’est que vers 15 ans que j’ai pris mon courage pour lui annoncer mes sentiments, elle Ă©tait bien hĂ©tĂ©ro mais elle a trĂšs bien rĂ©agi et ne m’a nullement rejetĂ©e, au contraire.
    Suite à cela, j’ai pu le dire librement à mes amis proches.

    À 16-17 ans j’ai eu ma premiĂšre copine, c’était au lycĂ©e. Avec des dĂ©buts trĂšs secrets, on s’est vite affichĂ©es au sein de l’établissement. Il n’y a pas rĂ©ellement eu de coming-out officiel, ça s’est juste fait comme ça, et encore une fois, je pense que j’ai eu de la chance mais tout le monde l’a bien pris.
    À partir de ce moment, j’ai beaucoup moins bĂ©gayĂ©, jusqu’à totalement disparaitre. Étonnant, mais il m’arrive encore de bĂ©gayer quand je suis en colĂšre, ou en parlant chinois ( trĂšs intĂ©ressant la psychologie ! ) .

    En arrivant Ă  la fac, pareil, soit on me demandait si j’avais un copain, je rĂ©pondais que j’avais une copine. Je ne me sentais plus obligĂ©e de faire rĂ©ellement une annonce, juste je rĂ©pondais aux questions sans tabous. Et personne ne m’a rejetĂ©e pour cela.

    C’est plutĂŽt cĂŽtĂ© familial qui posait problĂšme, l’homosexualitĂ© Ă©tait vue comme une maladie mentale pour eux.
    Mon frĂšre l’a trĂšs bien pris, on a grandi ensemble, avec la mentalitĂ© française. Il m’a Ă©tĂ© d’un trĂšs grand appui pour THE coming out avec ma mĂšre. Alors je l’ai annoncĂ© Ă  ma mĂšre que vers 21 ans, j’étais dĂ©jĂ  depuis 4 ans avec ma copine.
    Je pense qu’elle le savait dĂ©jĂ  au fond d’elle, ce n’est pas tellement commun d’avoir toujours une “amie” Ă  la maison qui dort dans le mĂȘme lit ..ect
    Moi qui pensais ne jamais l’avouer Ă  ma mĂšre, de peur de la faire trop souffrir ou qu’elle ne l’accepte pas, ça m’a bien pris quelques annĂ©es Ă  me dĂ©cider rĂ©ellement. Je me sentais fausse auprĂšs d’elle, Ă  lui mentir.

    Un jour, on se promenait qu’à deux, on parlait de notre vie, on Ă©tait toutes les deux dans un bon mood. Et je lui en ai parlĂ© comme ça, je sentais que c’était le moment et qu’elle devait plus me connaitre. Ça a Ă©tĂ© assez difficile, avec des pleurs, avec la volontĂ© de me soigner en m’envoyant dans un hĂŽpital psychiatrique en Chine (thĂ©rapie de conversion par Ă©lectrochocs la bas 
 ). Je lui ai alors posĂ© un ultimatum, soit elle me laisse vivre comme ça sans mensonge, soit je pars loin d’elle.

    Ça a mis quelques bonnes annĂ©es pour qu’elle accepte rĂ©ellement, sans commencer une conversation avec un “tu peux chercher un garçon? C’est mal d’ĂȘtre avec une fille”.
    Aujourd’hui, nous mangeons ensemble, avec ma copine avec qui je suis pacsĂ©e, et au final, ça aura pris son temps, mais je me sens vraie auprĂšs de ma mĂšre. Et puis elle de son cĂŽtĂ©, je pense qu’elle a fini par accepter. Ce qui l’importe au final, c’est que je sois heureuse.

    Le coming-out ne doit pas se faire sous la pression, je pense qu’on doit prendre son temps, et accepter que ça puisse prendre du temps pour certaines personnes rĂ©ticentes. Au final, aujourd’hui je peux dire que j’ai eu beaucoup de chance, alors que c’était plutĂŽt mal parti.

  • Nacalto

    Membre
    26 octobre 2020 Ă  5h51
    030 unicorn Nouveau

    Bonjour Ă  tous !
    Je vais vous contez mon CO Ă  mes amis, donc, c’était hier soir, je l’avais dĂ©cidĂ©, j’allais l’annoncer, je tiens ce secret face Ă  eux depuis plus d’un an. J’avais la certitude d’ĂȘtre safe avec au moins un d’entre eux, je n’ai jamais Ă©tait trĂšs trĂšs sociale lĂ  oĂč je suis. Bref, ayant quand mĂȘme peur, et stress, au lieu de leurs dire, je fais un post instagram, en leurs disant, que je suis gay, que ce n’est ni une maladie ni un choix et que j’espĂšre que rien ne changera.

    1er rĂ©ponse, mon meilleur ami, hĂ©tĂ©ro, musulman, il me rĂ©pond qu’il accepte, et respecte, bien qu’il ne peux pas soutenir la communautĂ© LGTBQ+ Ă  cause de sa religion. premier soulagement

    2Ăš rĂ©ponse, mon second meilleur ami, je n’avais aucun risque avec lui et je le savais, il est hĂ©tĂ©ro mais EXTREMEMENT ouvert d’esprit, il m’a demandĂ© si je l’était rĂ©ellement ce Ă  quoi je rĂ©pond oui, et je lui demande si cela aller changer quelque chose, sa rĂ©ponse touchante a Ă©tĂ© que oui, qu’il allais encore + me soutenir. Il m’a demandĂ© depuis quand je le savais, rien de dĂ©placĂ© ou quoi.

    HonnĂȘtement je l’ai fait car depuis peu, je me dis que je ne risque rien, il n’y a plus cours, je ne vais plus les revoir. Et puis, il y a le fait que des mecs est rejoint mon insta privĂ© mdrr

    Mais en tout cas, si je peux donner un conseil, essayez de faire l’espion, tĂąter le Terrain et de voir ce qu’ils en pensent sans dire explicitement que vous ĂȘtes LGBTQ+

    VoilĂ  voilĂ ,
    Je reste ouvert dans mes DMs si vous avez besoin, n’hĂ©sitez pas !
    Je vous envoie plein de love <3
    Aurélien

  • KayzerDLF

    Membre
    26 octobre 2020 Ă  5h52
    030 unicorn Nouveau

    Bon c’est pas fou mon C-O. Je l’ai fait il y a 1 semaine environ, je devais voir mon mec et je devais quand mĂȘme prĂ©venir mes parents donc je l’ai annonce par message Ă  mes parents et mes amis la nuit Ă  3h00 du mat (j’arrivais pas Ă  dormir) mais tlm le sait pas encore (les lambdas, ma promo
) car j’ai pas eu l’occasion mais je l’assume mtn. Sinon leurs rĂ©actions ont Ă©tĂ© positives enfin aucune n’a Ă©tĂ© nĂ©gative.

  • Mr_GrAm

    Membre
    26 octobre 2020 Ă  5h53
    022 unicorn DĂ©butant

    Salut,
    Je m’appelle Giovanni, alias Mr_Gram sur le discord.

    J’ai fait mon coming-out à 14 ans, tout d’abord à ma grande sƓur avec qui je suis trùs complice puis à ma mùre.
    J’étais dans une pĂ©riode de ma vie pas trĂšs facile avec plein de problĂšmes de au collĂšge, principalement du harcĂšlement surtout le soir Ă  l’internat.
    GrĂące Ă  ma sƓur, j’avais convaincu ma mĂšre de revenir terminer mes Ă©tudes Ă  la maison.
    Ce jour-lĂ  je rentrais de l’internat, en sachant que je n’ai plus de remettre les pieds, malgrĂ© la joie de savoir que je ni retournerais plus, j’étais dans mes mauvais jours .
    Ma mĂšre n’étant pas encore rentrĂ©e du travail, lorsque j’ai posĂ© mes affaires. Je me suis donc retrouvĂ© avec ma sƓur. Elle a bien vu que ça n’allait pas. Ce jour-lĂ  nous avons longuement parlĂ©, j’ai profitĂ© de ce moment de complicitĂ© pour lui avouer ce sentiment que je connaissais depuis longtemps, J’étais gay, je n’avais pas honte et je compter bien l’assumer. Ma sƓur m’a promis de ne pas en parler Ă  maman, pour me laisser le temps de le faire.

    Une semaine s’est passĂ©e et j’ai profitĂ© un jour de congĂ© de ma mĂšre pour lui faire mon coming-out. Bizarrement ça a Ă©tĂ© plus simple que prĂ©vu, je lui est dit “maman je suis gay, j’aime les garçons” .
    Ma mĂšre et moi on a pleurĂ©, de mon cĂŽtĂ© parce-que c’est dingue comme ça fait du bien d’extĂ©rioriser et lĂącher ce secret c’était une libĂ©ration . Ma mĂšre tout en pleurant m’a pris dans ses bras et m’a rassurĂ©, je serai toujours son fils adorĂ© et qu’elle serait heureuse que je lui prĂ©sente mon petit copain.

    Alors si vous lisez ces lignes, si je pouvais me permettre de vous donner un conseil (mais qui suis je pour ça) , ne gardez pas ça en vous pendant trĂšs longtemps parce que ça peut vous faire beaucoup de mal, si vous sentez votre entourage prĂȘt Ă  entendre alors n’hĂ©site pas.

  • sjeje42

    Membre
    26 octobre 2020 Ă  5h55
    022 unicorn DĂ©butant

    Salut,
    Avant de commercer
    Je suis un vieux sur le forum / discord, (je suis de 1977) j’aurais vraiment aimĂ© pouvoir trouver un lieu d’échange comme celui-ci quand j’étais adolescent, mais Ă  cette Ă©poque internet n’était encore ça ses balbutiements et la cause LGBT loin d’ĂȘtre une prĂ©occupation bien au contraire !!
    Il faut attendre 1993 pour que l’OMS ne considĂšre plus l’homosexualitĂ© comme une maladie mentale.
    Au dĂ©but des annĂ©es 1990, le sida se propage et est encore vu comme une maladie de “PD”. Heureusement des associations comme Act Up ont commencĂ© Ă  faire bouger les choses.
    Je vous conseille d’ailleurs de voir le film 120 battements par minute, j’ai pris une claque en le regardant. Ce film m’a bouleversĂ©, bousculĂ© je me suis revu quelques annĂ©es en arriĂšre, je me souviens en sortant de la sĂ©ance de cinĂ©ma dire Ă  mon compagnon “je suis un rescapĂ©â€

    Donc pas simple de faire son coming-out dans ses conditions.

    J’ai fait mon coming-out Ă  l’ñge de 16 ans, ça faisait longtemps que j’y pensais, mais comment dĂ©crire Ă  ses parents quelque chose qui Ă  toujours Ă©tais lĂ , qui fait parti de moi, j’ai toujours Ă©tait amoureux des garçons.
    À cette Ă©poque de ma vie, je n’étais pas forcĂ©ment bien dans ma peau, j’avais dĂ©jĂ  eu des flirts toujours dans le plus grand des secrets.
    C’est au moment oĂč j’ai rencontrĂ© un garçon avec qui ça devait sĂ©rieux, que je me suis dĂ©cidĂ© .Je ne voulais plus le voir en cachette. J’ai donc franchi le pas.

    C’était trĂšs dĂ©licat de parler de relation amoureuse Ă  la maison, j’avais peur de me retrouver dehors.
    AprĂšs plusieurs tentatives, je ne voulais plus faire marche arriĂšre, avant de partir en cours j’ai laissĂ© un mot sur la table de la cuisine “j’ai quelque chose d’important Ă  faire ce soir, rien de grave”
    Le soir nous avons eu une longue conversation Ă  trois, il y a eu des larmes (de soulagement pour moi).
    Au final tout s’est relativement bien passĂ© pour moi, mon pĂšre a Ă©tĂ© un peu plus distant avec moi pendant quelques temps
    je ne lui en veux pas il fallait le temps de digérer tout ça.
    Aujourd’hui je suis en couple, la famille de mon compagnon et la mienne se reçoivent. j’ai eu la chance d’avoir des parents qui ont un esprit ouvert .
    Ce coming-out m’a permis de devenir complĂštement moi-mĂȘme de ne pas rester cet adolescent mal Ă  l’aise .

  • eDempya

    Membre
    26 octobre 2020 Ă  5h56
    030 unicorn Nouveau

    Bonjour Ă  tous,
    Me concernant je vais faire dans la simplicitĂ© mais il vous faudra avoir quelques minutes devant vous, j’écris actuellement un livre sur WattPad qui rĂ©sume mon coming-out, mon travail ayant pour Ɠuvre d’aider Ă  comprendre et aimer qui nous sommes.

    Si vous ĂȘtes friand de sarcasmes et d’autodĂ©rision, je pense que vous devriez aimer me lire,
    N’hĂ©sitez surtout pas Ă  me faire un quelconque retour en message privĂ© ou dans l’espace dĂ©s commentaires sur WattPad.

    (Ayant pour projet de trouver une maison d’édition qui veuille bien faire de mon travail une Ɠuvre littĂ©raire en format bouquin, je vous demanderais de bien vouloir cliquer sur l’étoile Ă  la fin de chacun de mes chapitres)
    Cela permet de mettre mon histoire en avant et donc d’avoir plus de lecteurs afin de savoir si mon travail prĂ©side comme un travail de qualitĂ©.

    Bien à vous, merci d’avance !

    J’ai faillit oublier.. le lien : https://my.w.tt/b3DanhbLpab

  • Yueliaa

    Membre
    28 octobre 2020 Ă  1h45
    030 unicorn Nouveau

    Hey, j’suis une fille, j’ai 15 ans et je me considĂšre bi. Je l’ai fais il y’a vraiment pas longtemps, c’était pas du tout prĂ©vu Ă  la base. En fait, je trouvais pas ça nĂ©cessaire de faire un coming out Ă , puisque je trouvais mes parents tolĂ©rants donc je ne m’inquiĂ©tais pas de leurs rĂ©actions. Je me disais que quand j’aurais une copine je leur dirais Ă  ce moment lĂ . Sauf que voilĂ , j’étais dans la voiture avec ma mĂšre (n’annoncez pas ce genre de choses dans une voiture svp😭) et on parlait thĂšme lgbt. Et puis, soudainement elle m’a demandĂ© « Et toi, t’es quoi ? » donc je lui ai dis honnĂȘtement que le genre ne m’importait pas. Et lĂ , rĂ©action vraiment inattendu, ma mĂšre NIE ce que je dis. Elle me dit que je suis encore jeune, que je n’en sais rien, que je confonds avec de l’attachament, elle rajoute mĂȘme « Mais tu imagines ce que dirait ton pĂšre ? » et j’ai vraiment cru qu’elle allait pĂ©ter un cable. Donc j’ai abandonnĂ© et je lui ai donnĂ© raison, de 1 parce que j’allais pleurer alors qu’on allait chez le medecin lol et de deux parce que j’avais envie de prĂ©server ma vie, et la voiture pas ouf ouf. J’envoie un msg Ă  ma soeur pour lui raconter ce qu’il s’est passĂ© (elle, elle sait que je suis bi et s’en fout). Par chance aprĂšs le mĂ©decin je devais sortir avec mes potes. Ma soeur en a profitĂ© pour en parler avec ma mĂšre, elle lui a bien parlĂ©. Quand je suis revenue chez moi, ma mĂšre m’a appelĂ© pour venir parler. Et puis lĂ , on s’est expliquĂ©, elle m’a dit qu’elle a fait un gros dĂ©nis, ect.. Mais elle m’a dit qu’elle m’aimerait peu importe qui j’aimerais (donc ça s’est bien fini) elle pensait vraiment que mon pĂšre allait mal rĂ©agir alors je lui ai accordĂ© de le lui dire elle-mĂȘme le soir. A la base je ne pensais pas que mon pĂšre allait mal rĂ©agir non plus, il est policier et il est dĂ©jĂ  allĂ© donc surveiller les prides. Y’a jamais eu aucun soucis avec ça, mais jsp, ma mĂšre m’a mis le doute, elle avait vraiment peur. Finalement, mon pĂšre il s’en fichait un peu mdr, il l’a beaucoup mieux pris que ma mĂšre, et quand celle-ci lui a dit « Et tu te verrais dire Ă  toute la famille « ma fille arrive avec sa copine »? » Il a rĂ©pondu « Mais on s’en fout des autres. » đŸ„°Donc voilĂ , j’espĂšre que ça aura pu vous soulager un peu, je vous souhaite tous beaucoup de courage, je vous aimes <3

  • Anonyme

    Usager supprimé
    1 décembre 2020 à 23h01
    030 unicorn Nouveau

    Bonjour. Je rĂ©ponds Ă  mon tour. VoilĂ  comment j’ai fais mon coming-out (ou plus exactement MES coming-outs).

    J’ai compris que j’aimais les filles vers mon dĂ©but 5Ăšme. J’en ai d’abord parlĂ© Ă  mon frĂšre qui l’a bien pris et a dit qu’il n’avait aucun prbl avec les LGBT+.

    Puis, une amie (on va l’appeler Amie1), m’a demandĂ© par message si j’Ă©tais homophobe. Pas besoin d’en dire plus : je savais dĂ©jĂ  ce qu’elle allait me dire ensuite ! Elle m’a dit qu’elle Ă©tait pansexuelle, puis je lui ai dit que j’Ă©tais lesbienne. J’Ă©tais dĂ©jĂ  bien contente !

    Ensuite, Amie1 et moi, on a voulu en parler Ă  une amie qu’on avait en commun (Amie2). On a tout organisĂ© : la date, le lieu et comment on allait lui dire. Le jour prĂ©vu, lorsqu’on allait lui dire, j’ai pas rĂ©ussi Ă  parler, et Amie1 l’a dit Ă  ma place (merci !). Amie2 ne nous a pas cru. Elle pensait qu’on plaisantais (Ă  vrai dire, je m’attendais Ă  tout sauf Ă  ça). Le tems Ă  passĂ©. A chaque fois qu’on essayait d’aborder le sujet, Amie2 changeait de sujet ou rĂ©pondais vaguement… C’est devenu trop compliquĂ© (parce qu’il y avait, en plus de ça, d’autres dĂ©saccords avec cette personne). Amie1 et moi, on a coupĂ© tous liens avec Amie2.

    Ca faisait dĂ©jĂ  un moment que je gardais ce « secret » pour moi et mon amie. Je voulais le dire Ă  mes parents, mais en mĂȘme temps, j’avais peur, peur car j’Ă©tais quasi sĂ»re que ma mĂšre Ă©tait homophobe. Mon pĂšre, je savais que non, mais ma mĂšre… Ma mĂšre c’Ă©tait autre chose. J’ai fini par leur dire, car ça me pesais trop. Je me souviens Ă  peu prĂšs de ce que j’ai dit (il y avait mes deux parents, mais je m’adressais surtout Ă  ma mĂšre) : « Maman ? Tu te souviens de quand on avait parlĂ© du fait d’accoucher ou non ? (oui, on a des discutions particuliĂšres on va dire) … Bah, je t’avais dit que je voulais pas accoucher, parce que ça doit faire mal, et puis y a la grossesse. … Et bah … Maintenant, c’est sĂ»r que je vais pas accoucher. … Euh … Si je dis ça, c’est parce que pour ĂȘtre enceinte, il faut un homme et que … c’est pas forcĂ©ment les hommes que je prĂ©fĂšre… » Etonnement, ils ont bien rĂ©agit.

    Le prbl, c que une semaine plus tard, ma mĂšre m’a dit qqch comme « c normal Ă  ton Ăąge d’aimer les filles, parce que la plus part des garçons ne sont pas encore matures, mais tu verra plus tard… ». J’Ă©tais tellement choquĂ©e que, sur le moment, j’ai pas sue quoi rĂ©pondre. AprĂšs, j’ai cherchĂ© qqch Ă  lui dire. J’ai renoncĂ©, parce que j’avais l’impression que, quoi que je lui dise, ça ne changerait pas ce qu’elle a dans la tĂȘte.

    Entre temps, je me suis faite une nouvelle amie (Amie3). J’ai appris par Amie1, que Amie3 est aromantique et asexuelle. Yes ! Encore une amie LGBT+ ! J’ai dĂ©couvert que je suis gender fluid et je l’ai tout de suite dit Ă  Amie1 et Amie3. Qq mois ce sont Ă©culĂ©s ainsi.

    Un jour, dans la voiture, j’ai dit Ă  ma mĂšre, lors d’une conversation sur le sujet, que je suis gender fluid. Ma mĂšre Ă  dĂ©tournĂ©e le regard et n’a pas rĂ©pondue. Le soir mĂȘme, on a eu une conversation, d’une heure, avec mes parents, sur mes diffĂ©rents coming-out. Et c’est seulement Ă  ce moment que j’ai compris que ma mĂšre n’est pas du tout LGBTphobe ! Enfaite, elle voulais juste que je ne me pose pas trop de questions et que je vive ma vie, sans chercher Ă  me mettre dans des cases, parce que ça PEUT changer. (Elle avait surtout peur que je me torture l’esprit avec bcp trop de questions) Elle m’a aussi dit qu’elle avait Ă©tĂ© amoureuse, fortement, de plusieurs filles, mais qu’elle n’avait jamais cherchĂ© Ă  se dĂ©finir et qu’elle vivait simplement au jour le jour.

    Bref, c’Ă©tais un peu long d’expliquer tout ça, mais je voulais vous raconter mon histoire, pour que vous puisiez comprendre :

    – qu’il ne faut pas croire, trop rapidement, que qqn est homophobe, si ça n’a pas Ă©tĂ© dit clairement

    – que plein de LGBT+ vous entourent, mais que vous n’en avez pas forcĂ©ment conscience

    – que se dĂ©couvrir prend du temps (et que notre identitĂ© PEUT Ă©ventuellement changer)

    – que, mĂȘme si c’est difficile, ne vous entourez que des bonnes personnes (et laissez partir les mauvaises sans aucun regrets)

    – Et surtout, qu’il n’y a pas de honte Ă  ĂȘtre sois !

  • Le-Loup

    Membre
    18 décembre 2020 à 11h45
    030 unicorn Nouveau

    Salut ^^
    Alors personnellement j’ai fait mon coming-out Ă  ma mĂšre et mon frĂšre il y a Ă  peine 1 mois donc c’est tout ressent ! Étonnamment ce qui a fait que je l’ai dit qu’Ă  mes 17 ans alors que je le savais depuis mes 10 ans, c’est le fait que j’avais dans ma grande famille, un demi frĂšre de 30 ans, en couple avec un autre homme depuis 10 ans, et une grande soeur qui venait d’annoncer son histoire d’amour avec une autre fille ! Au lieu de m’aider, ça m’a beaucoup fait rĂ©flĂ©chir avant de le dire, j’ai eu peur (ce qui peut paraĂźtre Ă©trange) d’ĂȘtre « comparer » Ă  mon frĂšre, d’ĂȘtre mis en quelque sorte dans la case « gay » alors que je me sentait trĂšs Ă©loignĂ© de ce frĂšre et de sa personnalitĂ© ( il est assez effĂ©minĂ© ce qui n’est pas du tout mon cas… ).
    C’est du coup tremblant et Ă©motionnĂ© que j’ai dis Ă  ma mĂšre : « je suis attirĂ© par les autres garçons… », j’ai eu le droit Ă  une rĂ©action assez stoĂŻque de ma mĂšre, limite blazĂ© par cette rĂ©vĂ©lation qui n’en Ă©tait pas vraiment une pour elle !
    J’ai quand mĂȘme eu le droit Ă  un « je m’en doutais, aprĂšs tout quand tu Ă©tait petit, ta couleur prĂ©fĂ©rĂ© Ă©tait le rose et tu avait une poupĂ©e… » bien que je n’aime plus le rose, que ma couleur prĂ©fĂ©rĂ© d’aussi loin que je me souvienne est le jaune et que j’ai vite dĂ©laissĂ© la poupĂ©e pour les petites voitures… A postĂ©riori je trouve ça assez comique mĂȘme si sur le coup je n’Ă©tait pas trĂšs content de cette remarque 😅
    En tout les cas, ce que je craignais le plus, ĂȘtre mis dans la case « gay » avec tous les stĂ©rĂ©otypes que ça comporte, ne s’est pas produit contrairement Ă  ce que je pensais. Aujourd’hui je n’ai plus de remarque ! Pour mon frĂšre ça c’est fait plus facilement car j’avais plus l’habitude, un « je suis gay » aura suffit avec lui sans qu’il ne sache vraiment comment rĂ©agir !
    Il ne me reste plus qu’Ă  l’annoncer Ă  mes autres frĂšres et soeur mais ça je verrai plus tard… 🙂
    « A chaque jour suffit sa peine » comme on dit…

  • Yaden

    Membre
    29 décembre 2020 à 18h58
    022 unicorn DĂ©butant

    Bon, bah moi mon Coming-out Ă  Ă©tĂ© un enfer au niveau familial ! Faut savoir que je suis le seul LGBT (je suis trans FtM et j’aime les femmes) chez moi (GĂ©niaaaaal) et que j’ai de la famille un peu raciste (beaucoup mĂȘme).

    Donc, mon premier CO je l’ai fais 4Ăšme auprĂšs de mes amis de collĂšge donc, et ça c’Ă©tait franchement bien passĂ©. Donc ça franchement je ne regrette pas puis au pire des amis, j’en aurait eu d’autres.

    Le problĂšme, Ă  vraiment Ă©tĂ© de le faire auprĂšs de ma maman (faut savoir que mes parents on divorcĂ© donc c’est compliquĂ© sachant que je ne voyait dĂ©jĂ  plus mon pĂšre). J’ai donc, fais mon CO par lettre, Ă  ma mĂšre et je lui ai donner en main propre, quand j’Ă©tais en seconde. Elle Ă  mis des mois avant de m’en parler. J’Ă©tais donc.. stressĂ©. Puis viens un soir, oĂč elle ma demander de m’asseoir. Et devant ma grande sƓur, fĂ»t la dĂ©cadence.. Une avalanche de critique sur ma transidentitĂ©. Pour elle, ce n’Ă©tait pas logique vu mes vĂȘtements (oui, encore aujourd’hui je cherche le rapport). Mon attirance pour les femmes elle, est bien passĂ© en contre partie. Mais je vis toujours, donc, ce sentiment de mal-ĂȘtre, qui me ronge. Ma propre mĂšre qui me rigole au nez en disant que je ne suis pas logique. C’est horrible de ce dire que la personne que nous Ă  Ă©levĂ© et nous Ă  appris Ă  ĂȘtre respectueux, nous manque autant de considĂ©ration. Ce fĂ»t un Ă©pisode douloureux, que je vis encore aujourd’hui trĂšs mal. Mais je recommencerai, je reviendrais affirmĂ© que je suis bel et bien trans et que mes habits non vraiment aucuns rapport quand je me sentirai de nouveau prĂȘt.

    En conclusion, c’Ă©tait la douche froide. Et j’espĂšre ne pas revivre cela.

  • cybi

    Membre
    31 janvier 2021 Ă  23h46
    030 unicorn Nouveau

    hello, hello bon bah j’aurais jamais pensĂ© devoir Ă©crire ça un jour, mais faut croire que ce fut trop nĂ©gatif pour moi. je met quelques trigger warning sait on jamais sur transphobie, lgbtphobie etc. j’Ă©crit ça Ă  peine quelques heure aprĂšs non pas vraiment mon coming out (je reviendrais peut ĂȘtre un peu plus tard pour celui lĂ ) mais celui de @Yaden (avec son accord bien entendu) Ă  ma mĂšre car nous sommes ensemble et cela paraissait naturel de le dire. J’Ă©tais plutĂŽt optimiste (spoiler alerte j’aurais pas dĂ») au dĂ©tour d’une conversation je dĂ©cide de me lancer et la rĂ©action fĂ»t sans appel… son visage s’est fermĂ© suivit de la fameuse question de ce qu’il avait entre les jambes. Elle m’a interdit d’en parler Ă  mon pĂšre et Ă  ma famille. je ne doit mĂȘme plus parler du fait qu’on sort ensemble Ă  ma petite soeur (elle est au courant de sa transidentitĂ© et nous soutient mais j’ai du mentir Ă  ma mĂšre en disant que ma soeur ne savait rien sinon j’aurai surement prit une baffe xD). suivit de quelques phrases assassine pour lui et un peu pour moi, elle l’a mĂ©genrĂ©, le dĂ©signe par les termes « ça », « ces personnes lĂ  ». Pour au final me dire que ça ne l’Ă©tonnais pas que ça tombe sur moi car j’ai jamais Ă©tĂ© comme mes frĂšres et soeur, que j’ai toujours Ă©tĂ© anormal et que si j’Ă©tais sortie plus ce serait diffĂ©rent je suppose. elle a aussi dit « je ne veux pas de ça chez moi » « c’est pas normal » et j’ai vite compris que si je sortais avec une fille ce ne serait pas passĂ© non plus donc je n’ai pas dit que j’Ă©tais pan (ce qui Ă©tait de base prĂ©vu) mais voila. c’est devenu le sujet interdit, la honte qui plane sur la famille, la chose Ă  cacher. je suis lĂ©gĂšrement dĂ©sespĂ©rĂ©e x).

    • Elysseens 

      Administrateur
      1 février 2021 à 0h01
      026 unicorn Thug

      …. Je ne sais pas quoi rĂ©pondre ….
      HĂ©site pas Ă  sauter dans mes DM si tu veux en parler et si tu veux des contacts d’associations.
      Gros cƓur sur toi Cybi. ♄

      • cybi

        Membre
        1 février 2021 à 21h58
        030 unicorn Nouveau

        merci beaucoup c’est gentil, j’y penserais ^^

Affichage des réponses 1 - 15 de 19

Log in to reply.

Original Post
0 sur 0 posts June 2018
Now