Forums

Trouve des réponses, pose des questions et connecte-toi avec les membres sur notre forum LGBT !

  • Erwin_forever

    Membre
    7 avril 2021 à 13h08
    030 unicorn Nouveau

    Bonjour red,

    je ne suis vraiment pas bien placé pour te conseiller étant donné que je n’ai que 13 ans donc ce que je vais te dire est plutôt de l’ordre du témoignage mais ton questionnement se rapproche un peu du mien.

    Tout comme toi, durant ma petite enfance, je me plaisait plus dans les soit disant « jeux de garçons ». Je jouais à être un chevalier plutôt qu’une princesse par exemple. D’ailleurs, même si je ne m’en rappelle pas, ma mère m’a dit que je lui demandais souvent pourquoi je n’étais pas un garçon. Ensuite, vers 7 ans, j’étais plus attiré par mon côté fille, je me suis laissé pousser les cheveux, je ne jouais presque plus avec les garçons…

    Mais au collège, avec la puberté, mes questionnements sont revenus et cette fois plus forts (peut-être parce que j’ai maintenant la maturité suffisante pour les traiter). En effet, mes formes féminines plus visibles me dérangeaient de plus en plus. Je me rendais compte petit à petit que je me sentais plus garçon que fille. Au début, ce n’était que par phases, parfois je me sentais masculin, parfois plus féminin. Sauf que ces questions me rendaient triste et déprimé, j’avais l’impression de n’être plus personne.

    En quatrième, donc cette année, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai regardé mon problème en face. Il m’est alors apparut, en me renseignant bien, que je suis bel et bien atteint de dysphorie et que je me sens plus garçon que fille. C’était dur au début et ça m’a déclenché une phobie scolaire (spasmophilie et tout ce bazar). J’ai eu le courage d’en parler avec ma mère, elle est ouverte d’esprit donc tout va bien de ce côté là et ça m’a enlevé un poids d’en parler, même si concrètement, cela n’a rien changé.

    En quelques mois, je suis venu à la conclusion que je suis transgenre mais tout de même avec une part féminine (tout comme d’ailleurs, des hommes non-trans peuvent être un peu féminin). Peut-être que contrairement à toi, je ne ressent pas le besoin de poser des mots précis sur ce que je suis mais ça m’a fait du bien de me dire que « bon, voilà, je suis un garçon trans mais j’ai un passé féminin. «

    Je ne sais pas si je suis bi mais pour l’instant, je me définirait plutôt comme gay. Tout simplement parce que, depuis toujours, peut-être grâce au fait que je vis dans une famille ouverte à la proximité d’un couple d’hommes gays (mon oncle l’est), je me suis imaginé vivre plus tard avec un homme et je pense que je suis plus attiré par les hommes. (Mais comme je suis encore au collège et que je n’ai jamais eu de relation amoureuse, je ne peux pas vraiment savoir…) Donc sur ce plan, je ne sais pas encore.

    J’espère que mon message t’apportera quelque chose de positif ! Et surtout, courage, parce qu’il en faut ! : )